Des sentiments simples

Aujourd’hui, comme hier, nous sommes allés aider nos nouveaux voisins, cette communauté qui a dû quitter la ville de Minamisariku. Il s’agissait de procéder au nettoyage avant de construire des maisons pré fabriquées.

Je suis allé discuter avec leur responsable et une phrase qu’il a utilisée reste en moi. C’est ce qu’il a appelé « être honteux ».

Il est honteux que nous ayons à vous montrer tout ceci

Il est honteux que vous ayez du venir nous aider.

Pour ma part je pense qu’il n’y a rien de honteux dans cela.

Dès que nous avons commencé notre tâche pour essayer d’atténuer les dégats, ma réponse était la suivante : « Tout cela ne s’est pas produit par votre faute et nous sommes heureux de pouvoir vous venir en aide. »

Mais après avoir travaillé depuis un moment avec eux, j’ai commencé à mieux comprendre ce qu’il voulait signifier en parlant de honte.

Cette terre et ce paysage leur appartiennent et s’ils avaient reçu des hôtes visiteurs ils auraient préparé un événement spécial pour les accueillir, ce qui n’est pas possible actuellement.

Ils nous auraient présenté leur ville et les visiteurs l’auraient apprécié.

Ces sentiments ne sont pas exprimés mais ont peut sentir qu’ils existent profondément à l’intérieur de chacun des habitants. Je peux comprendre ce qu’ils ressentent et j’aurais eu les mêmes pensées si j’avais été à leur place de victimes.

Depuis que je suis arrivé sur le terrain, mes pensées envers les victimes ont complètement changé. Avant le 11 mars, avant ce jour du désastre, il n’y avait pas de victime. Les habitants n’ont pas eu d’autre choix que de devenir victime depuis ce jour.

En tant que bénévole, nous devons les considérer non comme des victimes mais comme des personnes, en les appelant « san », qui est une façon plus respectueuse de nommer au Japon.

Voilà à quoi je pensais pendant que j’étais en train d’enlever la serre endommagée.

NOS PROMESSES

1. vous recevrez des informations précises sur la façon dont l’association et ses partenaires vont utiliser l’argent collecté.

2. Chaque yen donné sera uniquement destiné à l’achat de marchandises pour les sinistrés ou pour leur offrir les services nécessaires.

3. nous nous engageons à travailler dans le respect de l’environnement en achetant des produits locaux, des produits « verts » conçus écologiquement et en revitalisant l’économie locale.

Si vous souhaitez contribuer au Fonds d’aide pour le séisme et le tsunami de Tohoku, vous pouvez utiliser deux méthodes :

1. Un virement international par l’intermédiaire de la Banque de Kyoto

2. Paypal

Pour plus d’informations, merci de lire le dossier « modes de paiement » (pdf) sur notre site Internet;

http://www.japan-ecolodge.org/english/pdfs/payment%20instruction.pdf

NOUS VOUS REMERCIONS DE VOTRE SOUTIEN DURABLE!

Publicités

A propos kyotomurin

English and French interpret and Guide in Kyoto Japan.
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s